VOUS LISEZ : Texas | Visiter Big Bend National Park
Partager

États-Unis, Texas

Texas | Visiter Big Bend National Park

As-tu déjà entendu parler de Big Bend ? Non, nous n’avons pas fait d’erreur, il ne s’agit pas de la célèbre horloge londonienne mais plutôt d’un superbe parc situé au fin fond du Texas.
En ce qui nous concerne, on ne le connaissait pas avant de nous pencher sur la préparation de ce road trip. Pourtant, il fait désormais partie de nos parcs préférés aux États-Unis, au même titre que Yosemite, Grand Canyon ou encore Bryce Canyon. Rien que ça !

Big Bend National Park Ce parc, c’est le parc des extrêmes ! Non seulement c’est un des plus grands des États-Unis (sa superficie équivaut à 3242 km2) mais c’est aussi un des plus isolés ! Ce qui, forcément, fait de Big Bend un des parcs américains les moins visités. En gros, c’est pas ici qu’un groupe de touristes chinois viendra gâcher tes photos à coup de selfie sticks et autres poses douteuses.

On constate aussi ces extrêmes au niveau des températures, et ce, au cours d’une même journée. On peut, par exemple, frôler les 40 degrés dans l’après-midi et se rapprocher de 0 la nuit. L’élévation, au sein même du parc, varie de 550 à 2387 mètres d’altitude. Cette caractéristique fait de Big Bend un parc avec une variété de paysages, d’animaux et de plantes formidable !

En terme de faune, Big Bend c’est plus de 1200 espèces d’oiseaux, 56 espèces de reptiles, 75 espèces de mammifères et tout autant d’insectes. C’est aussi une végétation incroyable avec plus de 1200 espèces de plantes. Nous y avons d’ailleurs découvert toutes sortes de cactus.

Big Bend

Les paysages sont tellement variés qu’on a eu le sentiment de se trouver dans plusieurs parcs à la fois. Désert, montagne, forêt, tout y est ! Un subtil mélange entre Death Valley, Zion et même Monument Valley.

Big Bend National Park

Big Bend

Big Bend tient son nom de la courbure formée par le Rio Grande, ce fleuve mythique qui borde le parc et marque la frontière entre les États-Unis et le Mexique sur plus de 1600 kilomètres. Le parc fait partie du Désert de Chihuahua, un des plus grands d’Amérique du Nord. Bref, c’est du lourd !

Big Bend National Park
D’un côté du Rio Grande, ce sont les États-Unis, et de l’autre, le Mexique.

Visite du Parc National de Big Bend 

Après la visite de San Antonio, nous avons pris la route en direction de Big Bend. Le parc est si isolé qu’il faut parcourir pas mal de route avant d’y arriver (près de 7 heures de route depuis San Antonio). Nous avons donc choisi de passer une nuit à Del Rio pour couper le trajet en deux. Après un dernier arrêt à Marathon pour le déjeuner, nous voilà enfin arrivés au Parc National de Big Bend.

Nous sommes arrivés par l’entrée Persimmon Gap au nord du parc. C’est la zone la plus désertique, il y a peu de relief et le climat parait très aride. Au loin, on aperçoit des montagnes mais pour le moment la nature qui nous entoure est désolée. Le sol est si sec qu’il craquelle et la végétation autour de nous semble brûlée.

C’est dans cette zone que nous faisons notre premier arrêt à Fossil Discovery Exhibit, une nouvelle installation présentant l’évolution du parc sur 130 millions d’années. On apprend notamment que des fossiles marins et des os de dinosaures ont été retrouvés ici, apportant la preuve que des animaux préhistoriques s’étaient établis à Big Bend.
Depuis ce petit espace aménagé, il nous a suffit d’emprunter un court sentier pour avoir une vue magnifique sur l’immensité désertique du parc.

Nous reprenons ensuite la voiture direction Panther Junction. À partir de ce point, deux options s’offrent à nous : se diriger vers la partie est du parc du côté de Rio Grande Village ou prendre la direction de Chisos Moutains. Pour être certains d’avoir une place pour la nuit au Chiso Basin Campground, nous avons opté pour la deuxième possibilité. Cette partie du parc constitue un bassin luxuriant en plein cœur des Chisos Moutains. C’est la zone du parc où l’élévation est la plus haute, par conséquent, il y fait un peu plus frais, ce qui n’était pas désagréable à cette période de l’année. Nous n’avions pas réservé notre nuit à l’avance mais il restait, heureusement, quelques emplacements disponibles.

Chiso Basin Campground

On se sent vraiment tout petit, au milieu de ces montagnes. L’endroit est si calme… Je ne me rappelle pas avoir été aussi coupée du monde qu’à ce moment-là. Et c’est un vrai bonheur !
Les emplacements sont grands, certains suffisamment pour y installer deux tentes comme nous l’avons fait.
Avant que la nuit ne tombe, nous préparons notre pique-nique du soir, interrompus par le coucher du soleil que nous nous sommes empressés d’aller admirer depuis un gros rocher.Big Bend National Park

Pour les arachnophobes, je ne mentionnerai pas la belle mygale, grosse comme ma main, que nous avons croisé à moins de 100 mètres de notre tente… Oops !La faune, ici, est juste incroyable. En découvrant Big Bend, on s’attendait plutôt à un milieu assez hostile et pourtant nous n’avons jamais croisé autant d’animaux différents dans un même parc.
Des rangers sont même venus nous prévenir de la présence importante des ours à cette période-là de l’année et nous donner les consignes à respecter en cas de rencontre. Le matin même avant notre arrivée, ils se baladaient tranquillement dans le camping. C’est pourquoi toute nourriture doit être entreposée dans des coffres verrouillés prévus à cet effet et disponibles sur chaque emplacement.

Avant d’aller dormir, nous avons pris quelques longues minutes pour observer le ciel. Je crois n’avoir jamais vu un ciel aussi étoilé ! La voie lactée était même visible à l’œil nu. Ce n’est pas pour rien si le parc a été nommée Réserve de ciel étoilé en 2012. Les sites désignés par ce terme sont des zones où ont été imposées des restrictions quant à la pollution visuelle dans le but de promouvoir l’astronomie. Le site étant particulièrement isolé, l’endroit se prête parfaitement à l’observation des étoiles.

Après une petite nuit, nous nous réveillons en même temps que le soleil, prêts à attaquer la randonnée de la journée : le Window Trail. Une de mes randonnées préférées à ce jour !

Window TrailL’avantage de dormir dans le parc, qui plus est à Chiso Campground, c’est d’être sur place tôt le lendemain matin pour démarrer ce trail qui part du camping. Un parcours de 9 km qui traverse Oak Creek Canyon jusqu’à The Window, une faille dans la montagne qui offre une vue imprenable sur le désert.
Sur le chemin, on observe toute sortes de fleurs, de baies et de cactus. On découvre plusieurs sauterelles multicolores mais aussi des scorpions aussi gros que la mygale que nous avions vu la veille.À mi-parcours, nous sommes surpris par des bruits dans les feuillages, hors du sentier… Alex est le premier à réaliser que plusieurs ours se trouvent en fait juste à côté, à moitié cachés dans les buissons. Nous sommes restés quelques minutes à les observer entre les arbres, pas vraiment rassurés à l’idée de se tenir aussi près de ces grands mammifères.
On espérait voir des ours en liberté depuis longtemps mais je peux te garantir que quand ce moment arrive enfin, tu n’en mènes pas large ! On nous avait dit aussi qu’il était possible de voir des pumas, mais (par chance ?) nous n’en avons pas croisé !

Après avoir marché un certain temps, nous nous faufilons entre les montagnes, marchant aux pieds de canyons abrupts.
Alors que nous pensions que la randonnée était terminée, nous découvrons un cours d’eau. Une petite rivière qu’il faudra suivre et enjamber à plusieurs reprises avant d’arriver à cette fameuse window !

On se retrouve alors au-dessus du vide, à l’endroit où le mince filet d’eau que nous suivions se transforme en petite cascade. Et en face, c’est le désert, à perte de vue. Aucune photo ne pourra rendre justice à cette vue.

Window Trail

L’avantage d’avoir commencer cette randonnée tôt le matin, c’est d’avoir pu la faire pendant les heures les plus fraîches de la journée. Le retour est déjà un peu plus compliqué à mesure que les températures augmentent.
De retour au camping, nous prenons la voiture pour aller explorer un autre secteur du parc : Rio Grande Village (une trentaine de kilomètres depuis Panther Junction). En route, nous apercevons notre premier coyote ! Il traversait la route juste devant nous.

À nouveau, nous retournons dans une partie très aride du parc. Les plantes semblent, pour la plupart, complètement brûlées par le soleil et il y fait extrêmement chaud.Pourtant, au loin, au milieu de cette zone désertique, nous apercevons une végétation verdoyante, signe que le Rio Grande n’est plus très loin. On s’arrête au Boquillas Grande Overlook puis au Rio Grande Overlook pour des vues magnifiques sur le fleuve. Il nous suffirait de faire quelques pas, enfin plutôt quelques brasses de plus, pour nous retrouver au Mexique. C’est dans cette zone que se trouve le seul point d’entrée du parc vers le pays voisin.

Nous avons déjeuné dans ce secteur là, plus précisément à Daniels Ranch. Il faisait tellement chaud que nous avions toutes les tables de pique-nique rien que pour nous.
Avec plus de temps devant nous, nous aurions aimé parcourir Hot Springs Canyon Trail (10 km), une randonnée qui permet d’arriver à une source d’eau chaude.

Nous avons ensuite rebroussé chemin pour nous rendre dans la partie ouest du parc : Castolon Historic District. Pour y aller, nous avons emprunté Ross Maxwell Scenic Drive (35 km).
Il faut savoir que de très nombreuses randonnées sont possibles à Big Bend mais qu’il existe aussi plusieurs Scenic Drive, ce qui est bien pratique quand on n’a pas forcément la semaine devant soi. C’est l’assurance de voir des paysages de fou sans trop d’effort.

Cette route est incontournable car elle permet d’admirer la beauté géologique du parc. Parmi les quelques arrêts à faire sur celle-ci, assure-toi de voir Burro Mesa Pouroff, Sotol Vista ou encore Mule Ears Viewpoint. On a beaucoup aimé les paysages de ce secteur qui sont encore complètement différents de ceux que nous avions pu voir jusque-là.

À la fin de cette route, on arrive sur un des plus beaux endroits du parcs : Santa Elena Canyon Overlook. C’est la vue classique de Big Bend, un endroit à ne rater sous aucun prétexte ! Une randonnée permet de découvrir ce superbe canyon mais j’ai lu que la meilleure façon de le découvrir était en canoë. Décidément, il va vraiment falloir qu’on y retourne ! 😉

Pour sortir du parc, nous avons pris Old Maverick Road (22 km), une route non pavée mais facilement praticable si ce n’est qu’il faut compter une bonne cinquantaine de minutes pour en voir le bout. Cette partie permet de découvrir les badlands de Terlingua Creek. Cela nous a évité de passer par une route que nous avions déjà emprunté.
Une fois arrivé à Maverick Junction, la sortie n’est plus très loin.

La prochaine étape de notre itinéraire était la visite de la ville fantôme de Terlingua. On s’imaginait déjà un petit Bodie Ghost Town, une ville fantôme incroyable de la Sierra Nevada.
Sauf qu’en arrivant sur les lieux, on était bien loin de ce que nous pouvions avoir en tête. Si bien que nous nous sommes même demandés si nous étions au bon endroit. Clairement, la ville fantôme se résumait à quatre pauvres murs de pierre en ruine… Pas de quoi casser trois pattes à un canard !

À défaut de visiter une ville fantôme, on se décide à aller siroter une margarita dans le seul et unique bar de la ville. Ce bar, au milieu de nulle part semble être the place to be dans le quartier. De l’extérieur, ça ne paye pas de mine, on se demande même ce qu’on va bien pouvoir trouver en poussant la porte… Mais une fois à l’intérieur, c’est un autre monde qui s’offre à nous. Une seule minuscule fenêtre donne sur l’extérieur, les lumières sont douces, le comptoir en bois et la déco donnent au lieu un petit côté « saloon ». 

Nous avons profité du wifi du bar pour réserver une chambre d’hôtel pour la nuit à Alpine, une petite ville à environ 1h30 de route de Terlingua. Ce soir-là, c’était movie night et on a été très surpris de voir que l’endroit comptait de nombreux fidèles puisque de l’extérieur, la ville paraissait déserte. C’était la bonne surprise qui a rattrapé cette visite ratée de Terlingua Ghost Town.

C’est le lendemain, que nous avons franchi la frontière du Nouveau-Mexique. Première étape de ce nouvel état : le parc national des grottes de Carlsbad.

On espère que cet article t’aura donner envie de découvrir Big Bend, ce parc aux multiples facettes que l’on a adoré découvrir. L’expérience n’aurait pas été la même sans notre nuit dans le secteur des Chisos Moutains. C’est pourquoi on te recommande vraiment d’y faire une halte d’au moins deux jours, pour avoir le plaisir d’y admirer les étoiles mais aussi d’assister à un superbe lever du soleil.

Infos pratiques

Site web

Horaires
Les accès au parc sont ouverts 7j/7 et 24h/24 toute l’année. Il en est de même pour les campings toujours accessibles sauf en cas de fortes affluences. Il suffit de s’auto-enregistrer en renseignant le numéro de l’emplacement choisi et en s’acquittant du montant en espèces à l’entrée du campground.
Les heures d’ouverture des différents Visitor Center varient. Tu peux les consulter ici.

Tarif
25 $ par voiture (valable 7 jours).
Le Pass America The Beautiful est accepté.

Où manger à Big Bend ?
Le Mountain View Restaurant
C’est le seul restaurant que tu trouveras à Big Bend. Il fait partie du Chiso Moutain Lodge et s’élève à plus de 1600 mètres d’altitude.

Comme nous tu peux aussi apporter un pique-nique de l’extérieur ou bien acheter de quoi grignoter à Panther Junction Service Station où tu trouveras une petite épicerie.

Où dormir à Big Bend ? 
Chiso Mountain Lodge
C’est le seul hôtel situé à l’intérieur du parc.

Il y a 3 campings principaux :
Chiso Basin : tentes et camping-cars
Cottonwood : tentes et camping-cars
Rio Grande Village : tentes et camping-cars

Une nuitée dans chacun des campings revient à 14 $.

Pour les personnes en camping-cars, il est possible de passer la nuit au Rio Grande Village RV Campground qui donne accès à des branchements spéciaux (électricité, eau potable et eaux usées). L’emplacement coûte 33 $ par nuit.

Les réservations sont possibles, sauf à Cottonwood, mais pas obligatoires.


Retrouve-nous aussi sur Pinterest et n’hésite pas à épingler cet article pour le retrouver plus facilement.