VOUS LISEZ : Découverte de l’Aveyron et notre première fois au WAT
Partager

Europe, France

Découverte de l’Aveyron et notre première fois au WAT

Si tu as tendance à suivre de nombreux blogueurs voyage sur les réseaux sociaux, impossible que tu sois passé à côté de ce petit acronyme si populaire ces derniers temps : WAT 18. À coup de hashtags, publications Facebook ou encore stories Instagram, tu as probablement pu admirer les exploits de tout un paquet de blogueurs avec pour seul dénominateur commun : l’Aveyron !
Depuis 5 ans maintenant, la société We Are Travel, fondé par Xavier et Florence Berthier, organise ce salon où blogueurs de voyage et professionnels du tourisme se rencontrent pour quelques jours des plus intenses. Après Cannes, Ajaccio, Bruxelles et Saint Malo, c’est cette fois-ci Millau qui a vu débarquer fin avril les 250 blogueurs de cette édition.

Millau - WAT 18 - Aveyron
Aperçu de la jolie commune de Millau
Blogueurs et exposants réunis près du viaduc de Millau pour la deuxième soirée © Nico Gomez pour We Are Travel

Au programme du salon des blogueurs de voyage :
– 1 à 2 jours de blog trips en petit groupe pour découvrir l’Aveyron
– deux matinées de conférences sur des sujets liés au blogging
– des speed meetings avec les professionnels du tourisme
– des soirées de folie

Comme c’est la première fois que nous participons à ce salon, nous n’avons pas de point de comparaison. Difficile donc de savoir si cette édition là était mieux qu’une autre, mais en tout cas c’était tout sauf ce que j’avais pu imaginer !
En réalité, plus l’événement approchait plus j’appréhendais. Ça peut paraitre bête, mais je craignais que l’ambiance soit un peu tendue et qu’une certaine concurrence se fasse sentir. Je me demandais même si nous avions notre place dans ce genre d’évènement… L’art de s’inquiéter pour rien, du grand Vanessa quoi ! Très vite, j’ai réalisé que l’événement était un peu comme une grande colonie de vacances. Et s’il y a bien une chose que je ne regrette pas maintenant, c’est d’avoir traverser l’Atlantique pour y participer !

Nous avons appris énormément au cours des conférences, rencontré des blogueurs authentiques, drôles et inspirants, et surtout, découvert une région magnifique ! Si je devais résumer l’expérience, je dirais que c’est avant tout une superbe aventure humaine (Nabilla sors de ce corps !). Nous vivons ces 3 jours avec une telle intensité ! Tout est amplifié et les personnes rencontrées au salon deviennent très vite de bons copains ! On aurait presque l’impression d’être des candidats de télé-réalité. Si, je t’assure, on partageait même notre chalet au Domaine Saint Estève avec d’autres colocataires blogueurs ! D’ailleurs cet établissement jouit d’une situation idéale sur les hauteurs de Millau, au milieu d’une végétation incroyable. Il domine complètement la ville et offre une vue sublime sur son viaduc !

Pour mieux comprendre le WAT, on t’explique le déroulement de ces 3 folles journées.

Les blog trips

Pour les blog trips, quelques semaines avant le WAT, nous avions dû faire des choix. Il fallait déterminer quelles étaient nos préférences parmi tout un tas d’activités toutes aussi attrayantes les unes que les autres. L’équipe organisatrice a fait, une fois de plus, un super taff puisque tout le monde a pu faire le blog trip qui lui correspondait vraiment.

Dans notre cas, le lundi matin, nous avons eu la chance de visiter la Grotte de Dargilan qui donne sur le Causse Noir en bordure des Gorges de la Fonte. Dans les faits, elle se trouve dans le département frontalier de Lozère à Meyrueis, mais seuls 4 petits kilomètres séparent la grotte de la frontière Aveyronnaise. Le Causse Noir, lui, s’étend sur 200 km2 à travers trois départements différents : le Gard, la Lozère et l’Aveyron. Il fait partie de ce que l’on appelle les Grands Causses et constitue une partie du Massif Central.

WAT
Avant même d’entrer dans la grotte, nous sommes déjà subjugués par la beauté des lieux

La zone est caractérisée par un ensemble de hauts plateaux calcaires, de vallées et de gorges pouvant s’élever jusqu’à 1200 mètres d’altitude.
Depuis la grotte de Dargilan, la vue sur le Causse Noir est imprenable ! On se sent tellement petit face à ce genre de paysage. Un canyon à la française qui a su nous rappeler certains paysages américains.

WAT
Mais le spectacle ne s’arrête pas là ! Nous avons eu la chance d’avoir une visite guidée et privée de la grotte. L’enthousiasme de notre guide est palpable ! On sent qu’elle est ravie de nous faire découvrir les lieux et de partager ses connaissances avec nous. Elle nous apprend notamment qu’un tout nouveau système d’éclairage au led dynamique a été installé dans la grotte, ce dernier n’altère pas la couleur naturelle de la roche, ce qui permet de vraiment mettre en valeur les différentes formations géologiques. Les salles sont éclairées par ses soins au fur et à mesure que nous avançons dans la grotte. Quand une nouvelle partie est mise en lumière, la précédente se plonge dans l’obscurité la plus totale, comme par magie.

L’installation est tellement bien faite qu’on ne devine même pas où sont placés les projecteurs, aucun élément ne vient détourner notre attention de ces somptueuses sculptures calcaires.
Cette visite nous a vraiment rappelé les Grottes de Carlsbad au Nouveau-Mexique, visitées quelques mois plus tôt. Ces dernières sont beaucoup plus profondes mais la grotte de Dargilan n’a rien à leur envier. Elle est tout aussi impressionnante et surtout beaucoup plus accessible.

WAT Grotte de Dargilan
La grotte de Dargilan est surnomée « la grotte rose »



Cette petite visite n’aurait sans doute pas été la même sans notre petit groupe de la matinée : Aymeric, Chloé (My Sweet Escape), Célia (Escapades Etc) et Olivier (Snooze Again). On a vraiment passé un super moment en leur compagnie !

Après la visite de la grotte, retour sur Millau pour le déjeuner avec la team du matin. Tout au long du trajet, les paysages sont magnifiques même si je dois avouer q’uil est difficile pour moi de les apprécier pleinement. Transport en bus + virages + faim qui commence à se faire sentir (+ Aymeric le ch’ti bavard): tout cela n’a pas rendu le trajet des plus agréables. Et ce que je ne savais pas encore à ce moment là, c’est que la digestion allait se faire de la même façon ! Nous avons repris cette même route après le déjeuner pour une activité un peu plus sportive : une Via Ferrata sur les hauteurs de Montpellier-le-Vieux.

Via Ferrata - Aveyron
Avec Anaïs, sans pression (ou presque !)

Nous n’en avions jamais fait auparavant mais quand nous avons vu l’activité sur la liste des blog trips proposés, nous n’avons pas hésité une seule seconde.
La Via Ferrata était combinée avec l’Accro Roc qui, comme son nom l’indique, est l’équivalent de l’Accro branche mais version rochers.
Serge, notre moniteur, nous équipe et nous explique les consignes de sécurité à respecter.
On emprunte d’abord le parcours de l’Accro Roc qui constitue le passage le plus facile, celle que l’on réserve habituellement aux enfants. Très bien, si un enfant peut le faire, je ne devrais pas avoir de problème ! Sauf que je trouve déjà ça assez impressionnant. En terme de hauteur, ce n’est pas dingue mais le niveau de difficulté me parait déjà élevé. J’ai parfois du mal à trouver des prises et j’ai vite peur de me ramasser la face contre la roche, mais pas question de se dégonfler !
On enchaine ensuite sur la partie Via Ferrata : plus haut, plus hard et avec 3 tyroliennes sur le parcours. Il y a des passages vraiment ardus mais la vue est à couper le souffle, littéralement ! Quand on a le vertige c’est peut être pas la meilleure idée, mais cette activité a le mérite de nous aider à dépasser nos limites. D’ailleurs j’étais tellement occupée à ça que je n’ai pas sorti mon appareil photo une seule fois (ce n’est VRAIMENT pas de moi). Je me suis contentée de prendre furtivement quelques clichés avec mon iPhone. Sur le moment, je n’étais pas toujours sereine mais le fait de papoter avec Anaïs tout le long m’a permis de ne pas focaliser mon attention uniquement sur le vide. Alex, lui, était comme un poisson dans l’eau, il en a même profité pour sortir le drone et faire quelques plans de ce décor splendide (et accessoirement de nos têtes de vainqueurs pendant la tyrolienne) !C’était une activité géniale avec une bonne dose d’adrénaline dans un cadre formidable ! L’équipe de l’après-midi était composée de Martino, Max (les Zed), Anaïs (The Travellin’ Side), Magali (MaGlobetrotteuse) et Marelune (Girltrotter). Encore de belles rencontres et des blogs que nous prenons plaisir à découvrir.

Les soirées du WAT 18

Après une première journée pareille et le jet lag qui se faisait sentir, nous aurions pu aller faire un gros dodo dès 18h. Mais non, le WAT c’est INTENSE !
À peine une heure pour se doucher et se changer (et à 4 dans le chalet, cela rend la tâche encore plus compliquée) que c’est déjà reparti pour une soirée surprise.

Les lieux des soirées du WAT sont toujours tenus secrets jusqu’au dernier moment. Il ne nous en faut pas plus pour élaborer entre nous les théories les plus folles et tenter de deviner notre destination finale. Pour la première soirée, après une trentaine de minutes de bus, nous sommes arrivés au départ d’une ancienne voie ferrée pour tester…le vélorail du Larzac !

Nous avons traversé la Vallée de Cernon et vu défilé des paysages somptueux à bord de ce moyen de transport des plus insolites.
À l’arrivée, c’est reparti pour un nouveau petit tour de bus pour finalement arriver dans le village médiéval de Sainte Eulalie de Cernon. Nous y avons été accueillis par un groupe de villageois habillés à la mode moyenâgeuse pour un retour dans le temps express !

C’est à cette occasion que nous avons pu commencer notre découverte gastronomique de l’Aveyron avec des fromages de la région, des tripoux (à base de tripes, nous n’avons pas osé goûter) et surtout, ce que nous avons préféré, la soupe au fromage (qui n’a d’ailleurs rien d’une soupe).
La deuxième soirée était pour nous la meilleure. Elle a commencé par une petite balade pour admirer le célèbre Viaduc de Millau au coucher du soleil et s’est terminé quelques mètres plus loin sur l’Aire du viaduc. Improbable mais vrai (oui, c’est une nouvelle expression que j’ai inventé). Ce bâtiment, véritable musée sur le viaduc, a été transformé en salle de réception rien que pour nous.

« L’ouvrage de tous les records » | Pour en savoir plus sur cette immense structure : le Viaduc en chiffres

Ce que nous attendions tous est enfin arrivé ce soir-là, nous avons pu gouté à l’aligot ! Le fameux, celui dont on nous parlait depuis des mois, LA spécialité aveyronaise par excellence ! Verdit : c’était très bon mais mieux vaut ne pas en abuser même si l’aligot c’est la vie, ce n’est pas ce qu’il y a de plus light !

Une fois de plus, nous avons hyper bien mangé lors cette soirée et l’ambiance était incroyable ! Cette ambiance, on la doit en grande partie au groupe qui jouait pour nous ce soir là, La Deryves. Des passionnés de musique qui ont pris autant de plaisir à jouer qu’à nous voir nous déchainer sur leur chansons ! Pakito, chenille, salsa, macarena… toutes les danses y sont passées !

Les conférences

C’était un des aspects du WAT qui m’intéressait le plus ! De nombreuses conférences étaient proposées sur des sujets variés autour du blogging : référencement, réseaux sociaux, législation…
On a trouvé les conférences hyper instructives et l’avantage, c’est qu’elles ne s’adressaient pas seulement aux blogueurs mais aussi aux professionnels du tourisme, ce qui nous paraît être une très bonne chose pour mieux cerner les enjeux et difficultés de chacun.

J’ai particulièrement aimé les présentations de Lucie, la pro de Pinterest, qui m’ont permis de mieux cerner ce réseau social qui n’en ai pas vraiment un finalement. Une chose est sûre, j’ai du pain sur la planche ! On a aussi trouvé que les conférences de Nicolas sur le SEO étaient très utiles même si parfois, c’est un peu du chinois pour moi tout ça. De son côté, Alex a également assisté à la conférence de Jules sur la législation des drones en France. Si c’est déjà très règlementé au Canada, c’est encore plus strict en France ! Une formation permet de voler plus librement, mais évidemment financièrement ce n’est pas ce qu’il y a de plus abordable… Affaire à suivre !

Les speed meetings

Une version professionnelle du speed dating ! Avant le début du salon, chaque blogueur devait prendre RDV avec les exposants de leur choix. Ces RDV d’une durée maximale de 10 minutes se sont enchainés pendant deux après-midis. Deux sessions de speed meetings au cours desquelles blogueurs et exposants établissent un premier contact en vue de projets futurs. Je ne sais pas du tout si ces rencontres porteront leurs fruits, mais dans tout les cas ces entretiens auront eu le mérite de nous donner de bonnes idées pour la suite. Pour la plupart, les échanges avec les différents représentants des destinations que nous avions choisi étaient très interessants, mais le dernier jour, je pense qu’on était tous un peu sur les rotules après avoir enchainé autant de rencontres.

WAT
Bon, là ça ne se voit pas forcément, mais on a travaillé dur pendant ces speed meetings ! Petite pause bien méritée entre deux RDV, avec Célia © Nico Gomez pour We Are Travel

Le WAT, tu l’auras compris, on a adoré ! Et si nous avons à nouveau la chance d’être sélectionné l’année prochaine nous y participerons avec grand plaisir. Les quelques doutes que nous avions avant d’y participer se sont très rapidement dissipés. C’est une super expérience à tout point de vue et nous sommes ravis d’avoir fait partie de l’aventure cette année.
Bravo à Florence, Xavier et toute l’équipe de We Are Travel pour l’organisation colossale que cet événement demande. Et merci également à tous les partenaires du salon.

Un grand merci à Tourisme Aveyron, pour leur accueil et leur gentillesse. J’ai un peu honte de l’avouer, mais moi qui ai vécu pour la plus grande partie de ma vie à Aix-en-Provence, à 3 heures de route à peine de l’Aveyron, jamais je n’avais pris le temps d’explorer ce département. On compte bien y remédier prochainement lorsque nous serons de retour en France pour un petit weekend au vert !
On ne peut pas te donner une seule bonne raison d’aller découvrir l’Aveyron, ça serait impossible ! En revanche, on peut t’en donner au moins 6, les voici :
1. Pour ses magnifiques paysages verts et vallonnés
2. Pour la liste incroyable des activités sportives qu’il est possible d’y faire : parapente, canoë, escalade, randonnée, saut à l’élastique, canyoning… Un vrai petit paradis des amoureux de la nature et des sportifs.
3. Pour ses petits villages de charme : Najac, Rodez, Belcastel, Conques…
4. Pour son Viaduc aux mensurations de rêve
5. Pour la gentillesse et l’accent chantant des aveyronnais
6. And last but not least, pour sa gastronomie : aligot, soupe au fromage, roquefort, farcou, saucisse à l’huile, fouace, gâteau à la broche… Nous n’avons jamais découvert autant de spécialités culinaires sur un seul et même territoire !

Le WAT n’était qu’une mise en bouche, c’est sûr, on retournera dans l’Aveyron ! 😉


Retrouve-nous aussi sur Pinterest et n’hésite pas à épingler cet article pour le retrouver plus facilement.