VOUS LISEZ : Costa Rica | Itinéraire de notre road-trip
Partager

Voyages

Costa Rica | Itinéraire de notre road-trip

C’est avec la compagnie American Airlines que nous avons voyagé depuis Montréal avec une petite escale de moins d’une heure à Miami. Nous sommes arrivés à Libéria en tout début d’après-midi ce qui nous a permis de profiter du reste de la journée. Une fois la voiture récupérée, nous sommes partis en direction de La Fortuna pour se rapprocher de Monteverde. Passez par la route qui longe le lac, elle est un peu plus longue mais permet de profiter d’une superbe vue sur le lac.

Lac Arenal
Lac Arenal

Autour du lac, la brume et l’humidité sont au rendez-vous. Ce n’est pas la saison des pluies et pourtant ça y ressemble beaucoup. Une pluie torrentielle s’est d’ailleurs abattue dans la région ce soir là. Après avoir fait le tour du lac, nous nous trouvons au pied du volcan Arenal. Nous avions lu à son sujet, qu’il était malheureusement rarement visible à cause de la brume et des nuages souvent présents dans cette partie là du pays. Nous l’avons constaté deux jours de suite et il nous a été impossible d’apercevoir le sommet du volcan.

Presque impossible de distinguer les éoliennes en entier
Presque impossible de distinguer les éoliennes en entier

Ce soir-là, on a conduit de nuit mais on s’est vite rendu compte qu’il allait falloir trouver un endroit où dormir car la pluie, l’état de la route et l’absence de lumière sur celle-ci, nous inquiétaient un peu. Vers 20h, on s’arrête demander une connexion wifi au premier commerce éclairé qu’on rencontre. Un petit snack au milieu de nulle part semble ouvert. Comble de la chance, le propriétaire, un californien expatrié depuis plus de 20 ans au Costa Rica, nous propose de loger dans sa guest house non loin de là. Nous n’avons pas hésité longtemps, ce restaurant étant le seul commerce qu’on n’ait vu depuis déjà quelques kilomètres. Le repas se fera donc à La Ventanita qui propose des plats d’Amérique du Sud super appétissants, le tout fait maison sous nos yeux ! Un burrito pour Alex, des quesadillas pour moi, les vacances peuvent enfin commencer ! 🙂

 

Au réveil, nous découvrons réellement les lieux que nous avions uniquement vu de nuit la veille. Nous sommes en pleine nature, il n’y a que du vert autour de nous. Il est 5h du matin et dehors nous entendons toutes sortes de bruits d’animaux. C’est extraordinaire et ça ne s’arrête pas ! C’est bruyant mais apaisant à la fois. Cette journée était consacrée à la visite de la réserve de Monteverde, considérée comme un des écosystèmes les plus riches au monde.

Pont suspendu à Monteverde
Pont suspendu à Monteverde

La réserve de Monteverde est ce que l’on appelle une forêt de nuages ou cloud forest en anglais. Sa particularité est de bénéficier d’un climat particulièrement humide même en période sèche avec parfois de fortes précipitations. On remarque d’ailleurs la présence d’abondantes nappes de brouillard partout dans le parc. Imaginez-vous en plein milieu du décor du film King Kong ou Jurassic Park : c’est à ça que Monteverde ressemble 🙂

 

Dans la plupart des parcs du Costa Rica, on vous propose de bénéficier des services d’un guide pour accompagner votre visite. D’ailleurs ne vous inquiétez pas si vous ne parlez pas espagnol, les Costaricains parlent vraiment très bien anglais même si ça n’empêche de faire un petit effort pour prononcer quelques mots dans leur langue maternelle. Pour Monteverde, c’est ce que nous avons fait et nous ne le regrettons absolument pas. Notre visite n’aurait vraiment pas été la même sans ça. Pendant plus de deux heures notre guide passionné, nous a accompagné à travers la forêt, en partageant son savoir sur la faune et la flore environnante. D’ailleurs sans lui, nous n’aurions sûrement pas vu autant d’animaux. Équipé de sa longue vue, Roberto, qui a évidemment l’œil beaucoup plus affûté que nous, nous a notamment permis de voir un quetzal, un oiseau rare et mythique d’Amérique du Sud. Nous sommes éblouis par cette végétation luxuriante ! Le lieu est tellement humide que les gouttes présentes sur la mousse des arbres peuvent être récoltées afin d’être bues (si si, c’est le guide qui le dit).

Notre guide en pleine explication
Notre guide en pleine explication

Une fois arrivés au point le plus haut du parc, c’est tout simplement incroyable. L’altitude voudrait qu’on bénéficie d’une superbe vue sur les alentours mais l’humidité des lieux nous empêche presque de voir le bout de notre nez. C’est en réalité une étendue de nuage qui se dresse en face nous.

 

Comptez environ 4h de temps pour visiter la réserve, explorer tous les sentiers et faire une petite pause déjeuner au restaurant de la réserve.

Monteverde Cloud Forest
Ouverture : de 11h à 16h
Entrée : 20 $ US (+ 17 $ avec un guide)
Temps de visite : environ 4 heures
Animaux rencontrés : singes, quetzal, agoutis, vipère.

Le matin, nous nous étions arrêtés à Santa Elena, petit village touristique proche de Monteverde, pour visiter un jardin d’orquidées. Un petit jardin magnifique où l’on retrouve des centaines d’orchidées différentes. Munis de nos loupes, un guide nous explique tout sur cette jolie plante et nous montre ses différentes variétés qui pour certaines ne ressemblent pas du tout aux orchidées traditionnelles que l’on trouve dans le commerce. On a d’ailleurs appris que 80 % des orchidées dans le monde sont en fait miniatures.

Jardín de Orquídeas
Ouverture : du lundi au dimanche – de 8h à 17h
Entrée : 12 $ (visite comprise)
Temps de visite : environ 45 minutes

Le soir nous avons passé la nuit dans une petite auberge à Santa Elena, l’Hostel Sloth Backpackers.  Nous avons dîné dans un restaurant plutôt insolite, le Tree House Restaurant & Café. Un restaurant dans les arbres super mignon et aux lumières tamisées. Le menu est très varié, les cocktails sont délicieux et un orchestre joue à partir de 19h.

Mojito de la maison
Mojito de la maison

 

En direction du parc Manuel Antonio, nous voyons des panneaux sur la route nous indiquant la proximité d’un autre parc national, le Parc National Carara. Nous n’avions pas retenu ce nom lors de nos recherches mais on décide de tenter le coup et de le visiter. Une chose est sûre, nous n’avons pas regretté ! Notre billet à peine acheté, nous croisons déjà un premier iguane !

Le parc propose 3 sentiers principaux et bien que le premier semble bien aménagé et très « touristique », plus on avance et moins le passage de la main de l’homme se remarque. De plus, le parc est en réalité peu fréquenté, c’est d’autant plus plaisant pour visiter et surtout pour repérer les animaux. Nous voilà donc une nouvelle fois en mode Indiana Jones, à l’affût du moindre mouvement de feuilles, pour observer les petits habitants de cette forêt. C’est dans ce parc que nous avons croisé le plus d’animaux : iguanes, perroquets, singes, agoutis, lézards, grenouilles… Mais ce qui nous aura le plus marqué ce fut notre rencontre avec un serpent croisé sur le sentier, juste là, sous nos yeux. Nous ne saurions dire de quel type de serpent il s’agissait mais c’était vraiment impressionnant de le voir en pleine nature et pas dans un zoo. Un beau bébé d’environ 1 m 50 !

Sur la route avant d’arriver au parc, on emprunte un pont sur lequel on peut se rendre à pied afin d’observer les crocos qui se la coulent douce juste en-dessous. Une visite aussi géniale qu’inatendue, on vous la recommande !

Parque Nacional Carara
Ouverture : du lundi au dimanche – de 7h à 16h
Entrée : 10 $
Temps de visite : comptez entre 2h30 à 3h
Animaux rencontrés : perroquets, agoutis, grenouilles, crocodiles, serpent, chauve-souris blanche, papillons, singes, oiseaux, iguanes, lézards.

En milieu d’après-midi, nous sommes passés par la ville de Jaco. Tous ces hôtels qui dénaturent le paysage ne nous ont pas vraiment donné envie de nous y attarder mais la faim commençait sérieusement à se faire ressentir. Nous avons alors déjeuné dans le restaurant El Rincon Del Estero où nous avons dégusté le plus gros burger de notre vie (on a pourtant vécu aux states donc on a de l’entrainement). Une tuerie surtout quand on a très faim !
Nous prenons ensuite la route direction Parrita puisqu’en recherchant un hôtel pour la nuit Booking nous a dégoté THE hôtel !

Clandestino Beach Resort de nuit
Le Clandestino Beach Resort de nuit

Le Clandestine Beach Resort est un hôtel situé sur la plage de Palo Seco, une plage sauvage de 12km de long quasi-déserte. On est très loins des hôtels gigantesques du tourisme de masse. Le lieu semble encore plutôt méconnu et on s’en réjouit.

Bon et puis on se demande s’il est vraiment nécessaire de vous parler du coucher de soleil… ? On va se contenter de vous mettre quelques photos de ce doux moment.

 

Les chambres sont magnifiques, spacieuses et la décoration semble tout droit sortie de Pinterest. Mention spéciale pour le lit King Size en bambou et pour cette douche en galets… On ne s’en remet toujours pas ! Coïncidence, la patronne est une française et c’est elle qui vous accueille lors de votre arrivée.

Si vous visitez le Costa Rica et que votre budget vous le permet, ne passez pas à côté !

 

Playa Palo Seco
Playa Palo Seco

 

Après un copieux petit-déjeuner à notre hôtel, on prend la route direction Manuel Antonio. LE parc que nous avions si hâte de visiter avant notre départ… Quelle déception ! Je crois que ça aura été le seul petit point noir du voyage. Alors oui le parc est beau, les plages sont évidemment sublimes et rappellent même certaines plages de Thaïlande. Mais pour la première fois au Costa Rica, nous nous sommes sentis comme de vraies vaches à lait ! Avant même de rentrer dans le parc, les choses nous paraissent étranges. Il nous reste encore 1 km à parcourir en voiture avant de rejoindre l’entrée du parc mais un homme se « jette » au milieu de la route en nous demandant de nous garer. Il nous explique avec vigueur que le parking est là, qu’il faut payer notre stationnement et que la dernière visite de la journée va bientôt commencer (il était midi à peine…). Le tout pour un prix exorbitant ! On se gare mais cet homme ne nous inspire pas confiance. On décide finalement de ne pas rester stationné ici et de continuer notre route. Sur ce petit kilomètre qu’il nous restait à parcourir, 3 personnes différentes nous font signe de nous garer sur « leur » parking. Bizarrement plus on se rapproche moins le prix du parking est cher… Une fois stationné, on ne compte plus le nombre de personnes qui veulent nous vendre quelque chose : des vendeurs de noix de coco, de souvenirs et des pseudos guides qui veulent vous emmener avec eux pour vous montrer les animaux « parce que sans eux aucune chance d’en voir ». Ne vous laissez pas berner ! L’entrée au parc coûte 16 $ par personne, un peu cher considérant qu’on en garde pas un super souvenir (pour info, l’accès au Parc National Yellowstone qui est pour nous un des plus beaux parcs des Etats-Unis revient à 30 $ par véhicule et pour une durée de 7 jours…).

 

Ce parc se visite en deux temps puisque vous avez la partie « plage » et la partie « parc » avec observation de la faune et de la flore. Malheureusement, les personnes qui ne veulent aller qu’à la plage doivent passer par les sentiers du parc pour y accéder. Donc là c’est le défilé de Patrick Chirac et compagnie, avec le trio gagnant tongs, glacière et frites en mousse quand toi t’as juste envie de silence pour pouvoir observer les animaux et profiter de la nature. Mais avec tout ce bruit les animaux ne se montrent pas excepté à l’emplacement réservé aux piques-niques forcément ! Malgré les panneaux d’interdiction de les nourrir les gens ne se gênent pas et on assiste donc a un regroupement pas très naturel de singes et de ratons-laveurs à cet endroit. En résumé, une visite pas très authentique loin de ce que nous avions imaginé.

 

 

Heureusement la journée s’est terminée sur une meilleure note. Nous avons dormi à l’hôtel Casabahia où nous étions les seuls clients ce soir-là. C’était presque comme dormir chez l’habitant. Marcela, notre hôte a pris le temps de nous conseiller un restaurant pour le soir et de réserver pour nous l’excursion baleine du lendemain. Une personne adorable qui adore échanger avec ses invités.


C’est donc sur ses conseils que nous avons diné ce soir là à Los Almendros, petit restaurant simple mais typique, une ambiance comme on les aime et un ceviche du tonnerre !

 

Dormir à Uvita se révèle bien pratique lorsqu’on souhaite se rendre au parc Marino Ballena. Ce parc est avant tout un parc maritime donc il est intéressant de faire cette excursion en bateau pour voir la partie du parc qui se trouve en mer et observer les différentes criques et îlots qui le composent. Le tour en bateau commence par environ 30 minutes de snorkeling près des coraux, l’occasion de voir pleins de jolis poissons et prendre un petit coup de soleil sur le dos si comme nous vous avez fait l’impasse sur la crème solaire ! Le parc est habituellement réputé pour accueillir de nombreuses baleines qui viennent s’y reproduire.

Parc National Marino Ballena
Parc National Marino Ballena

D’ailleurs à marée basse et vue du ciel, le parc forme une queue de baleine, assez étonnant ! Nous n’avons malheureusement pas eu la chance de voir de (vraies) baleines ce jour-là mais que voulez-vous, la nature est imprévisible. La visite valait tout de même le coup, on a passé un bon moment ! Et puis grâce à Marcela qui nous a fait bénéficié d’un prix « local » nous n’avons pas payé le prix fort. Une fois le tour de bateau terminé libre à vous de vous balader dans le parc et prendre un petit bain.

The Whale Tail - Deux courants se rencontrent pendant la marée
The Whale Tail – Deux courants se rencontrent pendant la marée

Parque Nacional Marino Ballena
Ouverture : du lundi au dimanche – de 9h à 16h (ouverture à 14h le dimanche)
Entrée : 6 $
Excursion bateau : environ 70 $ par personne (nous n’avons payé que 45 $ chacun)

Après un déjeuner tardif au Ballena Bistro, nous prenons la route en direction de l’écolodge El Mirador Osa au coeur de la Reserva Forestal Golfo Duce. Notre chambre est en fait un bungalow privé entouré de fleurs et d’animaux. On y a d’ailleurs vu plusieurs toucans. Un petit havre de paix muy tranquilo où on a pu assisté à une éclipse lunaire depuis la terrasse du restaurant. Les chauves-souris passaient devant la lune, toute une ambiance !

Peu de temps après l'éclipse lunaire
Peu de temps après l’éclipse lunaire

 

On profite de notre petit-déjeuner au coeur de la Reserva Forestal Golfo Dulce et on file en direction du Parc National Piedras Blancas. Un parc encore peu connu des voyageurs et ça tombe bien parce qu’on souhaite à tout prix éviter de revivre notre expérience de Manuel Antonio. Nous avons mis un peu de temps avant de trouver l’entrée et avons dû demander notre chemin à des locaux. Un des accès se fait notamment par l’Esquinas Rainforest Lodge près de La Gamba. À partir de là, on vous donne une petite carte des sentiers et on vous propose même de vous équiper en bottes et en bâtons de marche (indispensables pendant la saison des pluies). Nous avons parcouru 4 sentiers. : Ocelot trail, La Trocha, Waterfall trail et Riverbed trail. C’était incroyable !

Nous nous sommes pris pour les aventuriers de Koh-Lanta pendant quelques heures, déambulant entre les lianes, les feuilles, au milieu des papillons et sur la chant des cigales locales. Le bruit en est presque assourdissant, c’est vraiment dingue ! Dans ce parc, pas de jolis petit chemins aménagés comme dans les autres parcs. Ici, il faut suivre la trace des personnes qui vous ont précédés. Parfois, ça demande un peu d’escalade et il faut s’accrocher aux branches pour ne pas tomber. On ne compte pas le nombre de toiles d’araignées que nous nous sommes pris en pleine face ou la quantité de feuilles mortes au sol sur lesquelles nous avons glissé. On a pris un malin plaisir à crapahuter dans cette jungle où nous n’avons croisé que deux groupes de personnes en 4 heures. C’est aussi là qu’on a vu les papillons les plus majestueux du séjour (de notre vie même) !

Parque Nacional Piedras Blancas
Accès : Esquinas Rainforest Lodge
Entrée : 10 $
Temps de visite : 3 à 4h
Animaux rencontrés : serpent, grenouille, papillons, lézards, chauves-souris

Nous avons partagé la visite en deux temps : deux sentiers avant le déjeuner et deux sentiers après. On a déjeuné directement sur place au Lodge, plus pratique que de prendre la voiture pour trouver quelque chose à manger puisque nous étions plutôt loin de tout.

El mono feliz
El mono feliz

En milieu d’après-midi, nous nous dirigeons vers notre hôtel El Mono Feliz. Encore une bonne adresse sans prétention tenue par un couple de hollandais à proximité de plusieurs restaurants pour le soir. D’ailleurs le choix fut cornélien puisque ils paraissaient tous très bien. Bizarrement la moitié des restaurants étaient italiens, on s’est donc laissé tenté bien que pas très local. Nous n’avons pas été déçus puisque nous avons manger une pizza délicieuse chez Mamma e Papa. Le lieu est tenu par un italien qui connait bien son sujet. Une très bonne adresse !

 

Pour une fois le programme de la journée n’est pas trop chargé. Avant de commencer notre remontée vers le nord du pays, nous nous sommes rendus aux pieds de la cascade Uvita pour un petit moment de fraîcheur. Depuis le parking, la cascade est très facile d’accès, moins de dix minutes de marche et vous y êtes. Nous y sommes allés vers 8 heures du matin, à cette heure de la journée nous sommes les seuls autour de la cascade. Un vrai bonheur !

Cascade Uvita
Cascade Uvita

C’est la seule fois du séjour où nous nous sommes baignés dans une eau fraîche, la température de la mer étant égale à la température extérieure (si je vous assure c’est possible, info ici) ! En retournant vers la voiture, on réalise qu’on vient d’échapper à une arrivée massive de touristes venus en bus. Ouf ! Donc si vous prévoyez de vous rendre là-bas, on vous conseille de vous lever tôt. Ça vaut pour tout le séjour d’ailleurs. On s’est levé à 6 h pratiquement tous les matins et ce pour deux raisons principales :
– profiter des heures de la journée les plus fraiches
– éviter les heures où il y a le plus de monde
De toute façon, le soir, vous ne vous coucherez normalement pas très tard donc ça permet de compenser.

Cascade Uvita
Accès : 2 § par personne
Temps sur place : 30 à 45 minutes (tout dépend de ce que vous voulez y faire mais pour une petite baignade et quelques photos ça sera largement suffisant).

Après cette petite baignade tonifiante, devinez où nous sommes retournés ?


Et oui au Clandestino Beach Resort ! Notre visite de la dernière fois nous avait laissé un goût de trop peu et on voulait y retourner pour en profiter au maximum, se détendre et arrêter de courir dans tous les sens.
La dernière fois, les planches de bodyboard nous avaient fait de l’œil mais nous n’étions pas resté assez longtemps pour s’en faire une petite session. Cette fois-ci, on était donc bien décidé à jouer les Kelly Slater en herbe (comment ça le bodyboard et le surf c’est pas la même chose ?!).
Le soir nous avons occupé notre temps entre cocktails, partie de billard, dîner au restaurant et petit bain nocturne dans la piscine. Oui, on sait, c’est pas facile tous les jours les vacances !

 


On profite une dernière fois de l’hôtel que l’on quitte vers 11 heures car un peu de route nous attend. Nous retournons en direction de Libéria pour notre vol du lendemain. Environ 4 heures de route sépare l’hôtel de notre prochaine destination. C’est le plus long trajet que nous ayons effectué lors de ce séjour (comptez en moyenne 1h30 de voiture par jour). Un lodge au coeur du parc national El Rincon de la Vieja du nom du volcan qui s’y trouve. Celui est encore en activité et fait 1900 m d’altitude. A l’heure du déjeuner, on décide de s’arrêter à mi-chemin pour manger. Dernier petit repas typique à Playa Hermosa, réputées pour ces surfeurs, avec les vagues à perte de vue.

 

 

Puisque notre avion ne décollait qu’en début d’après-midi, cela nous laissait toute la matinée pour profiter de nos dernières heures au Costa Rica. Ça tombe bien, le domaine de l’hôtel est tellement vaste que des petites randonnées en nature sont possibles. La première, une marche d’environ 45 minutes aller-retour pour observer la cascade Las Chorreras. Charmante petite cascade avec possibilité de pique-niquer sur place.

La seconde nous a permis de nous prélasser dans des sources d’eau chaude naturelles (Rio Negro Hot Springs), phénomène que l’on retrouve souvent dans les régions volcaniques comme celle-ci.

On aurait aimé découvrir le parc national El Rincon de la Vieja et son volcan mais par manque de temps nous n’avons pas pu.

Volcan El Rincon de la Vieja

45 miutes de route séparait notre hôtel de l’aéroport. 45 minutes pendant lesquelles nous avons profité des derniers paysages qui défilaient sous nos yeux.  Les vacances sont déjà terminées et on se prépare mentalement à retrouver le froid de Montréal.

 


Nous ne regrettons pas un seul instant d’avoir choisi le Costa Rica pour ses vacances. Nous sommes tombés en admiration devant ses paysages, nous sommes restés bouche bée face à l’incroyable végétation de ses parcs, nous avons succombé au farniente sur ses magnifiques plages de sable fin et nous avons été fascinés par la richesse de sa faune. Certaines zones restent encore sauvages malgré le tourisme et c’est ce qui nous a beaucoup plu. Le dépaysement et la découverte ont été au rendez-vous !

Foncez 😉


Retrouvez-nous aussi sur Pinterest et n’hésitez pas à épingler cet article pour le retrouver plus facilement.