VOUS LISEZ : Islande | Les Fjords de l’Ouest et la péninsule de Snæfellsnes
Partager

Europe, Islande

Islande | Les Fjords de l’Ouest et la péninsule de Snæfellsnes

On te retrouve aujourd’hui pour le dernier article de cette série consacrée à notre voyage en Islande. C’est qu’on en avait des choses à dire sur ce pays incroyable !

Pour cet article consacré aux derniers jours de notre road trip en Islande, nous allons te parler de la région des fjords de l’ouest dont nous n’avons découvert qu’un petite partie, mais qui fut un véritable coup de cœur. Il est vraiment difficile de dire quel endroit nous avons préféré tant nous avons tout aimé de ce pays, mais ce passage dans les fjords de l’ouest aura vraiment été spécial. Pourquoi ? Parce que c’est là que nous nous sommes le plus sentis dépaysés, isolés et parfois même seuls au monde.

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes
Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes

C’est dans cette partie d’Islande encore sauvage que nous avons rencontrés le moins de touristes. Il s’agit probablement aussi de la région dont on avait vu le moins de photos avant notre voyage. Nous avons donc roulé de surprises en surprises, sans savoir ce qui nous attendait vraiment, sans nous douter des paysages inoubliables que nous nous apprêtions à découvrir. Après ce petit détour par les fjords de l’ouest, nous avons visité la jolie péninsule de Snæfellsnes et ses paysages dignes de Game of Thrones ou encore du film La vie rêvée de Walter Mitty. Puis nous avons finalement rejoint Reykjavik avec un petit détour par le Blue Lagoon. C’est parti pour le récit de ces derniers jours en terre islandaise.

JOUR 9 – FJORDS DE L’OUEST 

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes

Après avoir dormi, au milieu de nulle part, sur la route sinueuse des fjords de l’ouest, nous nous dirigeons vers le point le plus occidental d’Europe. Pour tout te dire, c’est précisément pour nous rendre à la falaise du Látrabjarg que nous avons vraiment tenu à ajouter cette région à notre itinéraire. Tout ça pour une simple falaise ? Non, tout ça pour une falaise très spéciale peuplée de milliers d’oiseaux lors de la nidification. Parmi ces oiseaux, on compte notamment le fameux macareux moine, une obsession pour moi depuis que nous sommes arrivés en Islande. Je ne voulais pas quitter le pays sans avoir pu admirer ces sublimes perroquets de mer. Mais cet endroit se mérite, et même si la route pour y parvenir est longue, elle regorge de petits trésors !

| Source d’eau chaude Hellulaug

Cette neuvième journée en Islande est chaude et ensoleillée, probablement la plus belle de tout notre séjour. On décide donc de faire une petite pause à la piscine naturelle d’Hellulaug qui se trouve sur notre route. Arrivés sur place, on aura perdu plusieurs minutes à essayer de la trouver. En réalité, le Lonely Planet, tout comme Google Maps, indique Hellulaug au mauvais endroit. Contrairement à ces indications, elle ne se trouve pas sur la 62, mais sur la route 60, juste avant l’embranchement entre les deux, au niveau de Flókalundur (où l’on trouve une station service et un hôtel). Un petit parking sur le bord de la route permet d’accéder à la piscine en contrebas.

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Hellulaug

Hellulaug est vraiment à ne pas rater ! Tout en barbotant dans notre bain naturel à 38°C, nous avions une vue exceptionnelle sur le fjord Vatnsfjörður. En hiver, les locaux passent très facilement de l’eau chaude de la source à celle, très froide, du fjord en enjambant simplement les quelques pierres qui délimitent la piscine. Sur place, il n’y a pas de cabine pour se changer ni de douche, c’est vraiment une des piscines les moins aménagées du pays et c’est ce qui fait tout son charme. L’eau y est vraiment chaude et surtout propre, rien à voir avec Seljavallalaug.

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Hellulaug

Après ce petit moment de détente fort apprécié, nous reprenons la route ponctuée de points de vue exceptionnels sur l’océan.
Si rejoindre les fjords de l’ouest en ferry depuis la péninsule du Snæfellsnes t’intéresse, sache qu’à quelques kilomètres de Flókalundur existe une ligne de ferry reliant Brjánslækur à Stykkisholmur.

| Épave du Garðar BA 64

Juste après avoir quitté la route 62, nous découvrons l’épave du Garðar BA 64 échouée sur une plage le long de la route 612. Tombés dessus par hasard, nous décidons de nous y arrêter un instant pour voir l’épave d’un peu plus près. À lui seul, le cadre exceptionnel au cœur du fjord Patreksfjörður entre océan et cascade mérite que l’on s’y attarde. L’endroit est véritablement canon !

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Garðar BA 64

Ici, repose donc le pendant marin du Douglas DC 3 depuis 1981. Ce navire d’acier construit en Norvège en 1912 est désormais le plus vieux d’Islande. Et, effectivement, cela se voit puisque la rouille s’est emparée de la quasi totalité du bateau. Si certains petits malins s’aventurent à l’intérieur, on ne le recommande pas vu le piteux état de l’engin… Néanmoins, on peut y jeter un petit coup d’œil depuis un trou situé à l’arrière de la coque.

Environ 7 kilomètres après l’épave, ne manque pas de t’émerveiller un instant devant cette sublime plage de sable fin. Franchement, tu imaginais qu’on pouvait voir des plages comme celle-ci en Islande ?

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes
Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes

| Baie de Breiðavík

Prépare-toi à en prendre plein la vue. La baie de Breiðavík que l’on aperçoit depuis la route est juste à couper le souffle ! Les plages d’Islande n’ont décidément rien à envier à celles des Caraïbes… à part peut-être quelques petits degrés supplémentaires. Cette plage de sable doré, nichée au coeur des falaises, est baignée par la plus turquoise des eaux !
Il s’agit là d’un endroit vraiment sublime, tellement loin de l’image qu’on peut se faire de l’Islande, et surtout désert, pas une seule personne en vue ! Bref, c’est le moment de mettre l’appareil photo en mode rafale.

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Breiðavík

| Falaise du Látrabjarg avec ses colonies d’oiseaux

Une dizaine de kilomètres à peine séparent Breiðavík du Látrabjarg, mais l’excitation à l’idée d’apercevoir nos premiers macareux me rend terriblement impatiente !

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Breiðavík

Si nous n’avons bizarrement croisé que peu de monde sur les routes des fjords de l’ouest, tout le monde semble se concentrer autour des falaises. Le parking est rempli, mais nous réussissons à occuper une des dernières places restantes. C’est le moment, nous allons enfin découvrir ces somptueux volatiles. On s’approche doucement du bord et ils sont là, nichés le long de ces immenses falaises qui surplombent l’océan Atlantique, à l’abri du vent. Comme dirait nos amis américains, « my life is complete » ! Je suis sur un petit nuage et ne peux m’empêcher de répéter « oooooh ils sont trop beaux ! » (toi aussi, rassures-moi, tu redeviens un enfant de 5 ans en présence d’animaux ?!).

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes - Macareux moine au Látrabjarg

Les macareux moines sont des oiseaux marins que l’on retrouve dans l’Atlantique nord. Pendant la majeure partie de l’année, les macareux vivent en haute mer sauf au moment de la reproduction où ils s’installent sur des falaises isolées. Pour voir ces petites merveilles, il faut donc être en Islande au printemps ou en été (de la mi-mai jusqu’à la mi-août).

Le macareux nous a fait fondre avec sa petite tête colorée et sa démarche rigolote (façon australopithèque) le long des falaises, c’était vraiment un beau spectacle. Attention, tu vas vouloir y rester des heures et potentiellement en ramener un avec toi…

Les falaises du Látrabjarg abrite de nombreuses autres espèces d’oiseaux comme les mouettes, les goélands, les pingouins tordas ou encore les cormorans. Tu vas voir (ou plutôt entendre), ça piaille fort dans le coin !

Islande | Les Fjords de l'Ouest - Látrabjarg

Surtout, quand tu auras assez admirer les macareux (si tant est que cela soit possible), relève un peu la tête et admire le paysage. Les falaises du Látrabjarg longent le littoral sur une douzaine de kilomètres et peuvent atteindre jusqu’à 400 mètres de haut. On peut marcher tout le long de la falaise, mais il faut être très vigilant car le vent souffle fort et qu’aucun garde-fou n’a été installé. Cela peut-être très impressionnant par endroit !

Islande | Les Fjords de l'Ouest - Látrabjarg

Au niveau du parking, le phare du Bjargtangar représente le point le plus à l’ouest de l’Europe (hors îles éloignées).

Islande | Les Fjords de l'Ouest - Látrabjarg

4000 photos plus tard et triste de devoir quitter nos petits macareux moines, nous reprenons la route 612 dans le sens inverse jusqu’à l’intersection de Flókalundur. De là, nous empruntons à nouveau la route 60 en vers le nord, direction Dynjandi (appelée aussi Fjallfoss)

Islande | Les Fjords de l'Ouest

| Cascade de Dynjandi

Depuis les falaises du Látrabjarg, nous avons dû roulé un peu plus de deux heures pour arriver jusqu’à cette cascade. Au début, on a un peu hésité, la journée avait déjà été bien remplie et puis il se faisait tard… Heureusement, nous avons décidé d’y aller malgré tout… et qu’est ce qu’on a bien fait ! J’aurais tellement été déçue de passer à côté de cette merveille.

Islande | Les Fjords de l'Ouest
Islande | Les Fjords de l'Ouest - Dynjandi

Dynjandi fait face au fjord Arnarfjörður long de 30 kilomètres, ce qui nous permet, d’entrée de jeu, de profiter d’un paysage exceptionnel. Quand on se tourne ensuite vers la chute, on réalise qu’en fait, Dynjandi constitue une succession de plusieurs cascades, 7 pour être exacte, qui possèdent chacune leur propre nom. Nous avons emprunté le sentier qui longe la cascade et nous emmène jusqu’au mur d’eau principal de 100 mètres de haut et 60 mètres de large. Il s’agit de la plus grande cascade des fjords de l’ouest. Cet immense voile blanc qui dévalent les parois rocheuses est tout simplement impressionnant et nous fait nous sentir tout petit. On peut s’en approcher au plus près à condition de ne pas avoir peur d’être un peu mouillé.

Islande | Les Fjords de l'Ouest - Dynjandi

Et puisque nous n’avions pas assez roulé (lol), nous décidons de quitter les fjords de l’ouest le soir même pour dormir à Búðardalur, soit près de 3h de route. Cela nous a permis d’être directement sur place le lendemain pour visiter la péninsule et avoir à moins rouler à ce moment-là. Nous avons donc passé la nuit au camping Dalakot, un des plus modernes et mieux équipés de ce séjour et tout proche d’une petite épicerie. Le grand luxe quoi !

Islande | Les Fjords de l'Ouest

JOUR 10 – PÉNINSULE DU SNÆFELLSNESS

Longue de 100km, la péninsule du Snæfellsness nous a ébloui par sa grande variété de paysages. Entre fjords, étendues volcaniques et côtes escarpées, cette péninsule ne nous a pas déçu.

Islande | La péninsule du Snæfellsness
Islande | La péninsule du Snæfellsness

 | Stykkishólmur

Depuis Búðardalur, Stykkishólmur, la plus grande municipalité de la péninsule du Snæfellsness, se trouve à environ 1h30 de route. Cette charmante petite ville de la côte nord de la péninsule, située au coeur du fjord Breiðafjörður, tu as déjà pu l’apercevoir dans le film La Vie rêvée de Walter Mitty avec Ben Stiller. D’ailleurs, ce n’est pas le seul endroit d’Islande que l’on peut apercevoir dans le film, on en reparlera plus tard.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Stykkishólmur

Stykkishólmur est un village vivant, ponctué de nombreuses petites maisons colorées en bois. Nous avons pu une fois de plus découvrir une sculpture semblable au Voyageur du Soleil de Reykjavik, et, comme dans la capitale ainsi qu’à Akureyri, nous avons visité l’église contemporaine de la ville, Stykkishólmskirkja, également réalisée par l’architecte Jón Haraldsson (elle évoque ici une vertèbre de baleine).

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Stykkishólmur

Nous avons ensuite fait une petite balade autour du port qui nous a permis d’admirer les nombreux îlots de la baie. Depuis celui-ci, on peut accéder à Súgandisey, un large rocher basaltique dominant le fjord, et son phare orange. La vue sur Stykkishólmur ainsi que sur toute la baie, rythmée par la valse des mouettes autour du rocher, y est magnifique.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Stykkishólmur
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Stykkishólmur

Après avoir quitté Stykkishólmur, nous traversons des paysages volcaniques entourés de montagnes. Impossible de ne pas s’arrêter pour faire quelques photos dans le Berserkjahraun, un immense champ de lave rendant le paysage presque lunaire.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Berserkjahraun

Nous continuons ensuite notre route jusqu’à la municipalité de Grundarfjörður, principalement pour découvrir un endroit mythique en Islande : Kirkjufell.

Islande | La péninsule du Snæfellsness

| Kirkjufell

Cette montagne, je crois que c’est un peu LA carte postale d’Islande par excellence. C’est un endroit mythique du pays, un des sites les plus photographiés. D’ailleurs, tu le remarqueras tout de suite à la horde de touristes sur place. Si le site est aussi populaire, c’est en partie à cause de grâce au film La Vie rêvée de Walter Mitty où l’on peut voir Ben Stiller dévaler la route en skateboard avec Kirkjufell en toile de fond.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Kirkjufell

Kirkjufell, littéralement « la montagne de l’église », domine Grundarfjörður du haut de ses 463 mètres. Il est possible d’en faire l’ascension avec un guide, mais nous nous sommes personnellement contentés de l’admirer depuis les célèbres petites cascades, Kirkjufellsfoss, de l’autre côté de la route.

Après un bref passage dans le petit village d’Ólafsvík, nous avons fait une petite halte à Helissandur. Ce n’est pas le plus beau des villages d’Islande, loin de là, mais j’ai été surprise d’y voir autant d’oeuvres street art. Et surtout, Helissandur constitue la porte d’entrée au parc national du Snæfellsjökull.
Pour manger à Helissandur, on te recommande le Gilbakki Kaffihús, une jolie ambiance et de bons petits plats.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Helissandur

| Parc national du Snæfellsjökull

Ce parc national situé sur la pointe occidentale de la péninsule tire son nom du volcan/glacier qui le domine, le Snæfellsjökull. J’ai trouvé ce parc magnifique, malgré un temps pas terrible (grisaille, pluie), il aurait mérité que l’on s’y attarde davantage. Il y a tellement de randonnées à y faire qu’on pourrait facilement y passer 2 journées entières. Les plus courageux s’attaqueront à l’ascension du Snæfellsjökull, mais nous avons été moins ambitieux et avons plutôt opté pour le cratère de Saxhöll. Un immense cône noir et rougeâtre, accessible très facilement, et qui permet de bénéficier d’une superbe vue sur les champs de lave alentour, lave qui provient d’ailleurs en partie de ce cratère.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Saxhöll
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Saxhöll

Sur la route 579, peu après l’entrée du parc, se trouve la plage de Skarðsvík, une belle plage de sable dorée encadrée par de grandes roches basaltiques.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Skarðsvík

Après la plage, la route nous emmène vers le joli phare orange de Svörtuloft. Pour tout te dire, nous l’avions manqué et j’ai supplié Alexeï de faire demi-tour quand je me suis aperçue que nous l’avions dépassé (près de 30km plus loin….). L’amoureuse de phares que je suis aurait été bien déçue de ne pas le voir.
La route n’est plus goudronnée après la plage, mais nous avons pu passer avec notre van sans problème, à faible allure. Une fois sur place, gros craquage sur ce phare rectangulaire que j’ai probablement photographié sous tous les angles possibles !
Mais le phare n’est pas la seule vedette des lieux, le panorama des falaises escarpées surplombant l’océan est juste magnifique. C’est aussi apparement un bon spot pour observer les baleines.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Svörtuloft
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Svörtuloft

La pluie commence à tomber et nous nous dirigeons vers la plage de sable noir de Djúpalónssandur. Une ambiance chaotique règne sur place. D’immenses monticules de lave solidifiée entourent le chemin qui mène à la plage, elle-même parsemée de pièces métalliques rouillées, vestige de l’épave du chalutier anglais Eding, échoué ici en 1948. Un décor mystique digne d’un décor de cinéma !

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Djúpalónssandur
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Djúpalónssandur
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Djúpalónssandur

À environ 2km de la plage de Djúpalónssandur, se trouve le phare de Malarrif. Depuis ce phare, une petite balade permet de longer les falaises jusqu’au Lóndrangar, un cratère érodé sur lequel il est possible de voir des macareux. Nous avons passé notre tour pour cette fois-ci car il s’était mis à pleuvoir de plus en plus.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Malarrif

Nous avons terminé la journée sous une pluie battante et avons dormi au camping d’Arnarstapi, un joli petit village côtier.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Arnarstapi

JOUR 11 – PÉNINSULE DU SNÆFELLSNESS

| Rauðfeldsgjá

À 5km d’Arnarstapi, se trouve la faille de Rauðfeldsgjá, un arrêt à ne manquer sous aucun prétexte. J’ai vraiment adoré découvrir cette crevasse au cœur des montagnes où virevoltent des centaines d’oiseaux dans la brume. On peut pénétrer à l’intérieur de la crevasse et y découvrir un mince filet d’eau ainsi que d’épaisses couches de neige. C’était juste dingue de se trouver là !

| Église noire de Búðir

Non loin de là, nous nous rendons à Búðir afin d’admirer la superbe église noire du village située au cœur des champs de lave. De toute façon, il n’y a pas grand chose d’autres à voir à Búðir, mais l’église mérite bien un petit détour. Au milieu de nulle part, entre montagnes et océans, nous avons été terriblement charmé par Búðakirkja. Une église noire, ce n’est pas si commun !

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Búðir
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Búðir

| Ytri-Tunga

Avant de quitter définitivement la péninsule du Snæfellsnes, nous nous rendons sur la plage d’Ytri-Tunga réputée pour l’observation des phoques. Quelques mètres suffisent pour découvrir les nombreux rochers sur lesquels se reposent les phoques. Il devait y en avoir une vingtaine, à quelques mètres de nous à peine. Un beau spectacle que l’on ne se lassera pas d’admirer pendant de longues minutes.

Islande | La péninsule du Snæfellsness - Ytri-Tunga
Islande | La péninsule du Snæfellsness - Ytri-Tunga

Ce fut la dernière étape de notre découverte de la péninsule de Snæfellsnes et surtout cela marqua le point final de notre tour d’Islande en van, enfin presque… Pour l’heure, retour sur Reykjavik où nous avons passé la nuit.

JOUR 12 – REYKJAVIK & PÉNINSULE DE REYKJANES  

C’est notre dernier jour en Islande, et nous avons bien l’intention de profiter jusqu’au bout. Nous consacrons notre matinée à une dernière petite balade dans les rues de Reykjavik, à découvrir d’autres quartiers que nous n’avions pas eu l’occasion de voir lors du premier jour de ce road trip.

Reykjavik

Ensuite, nous roulons en direction du Cercle d’Or pour la première activité aquatique de la journée : du snorkeling ! Oui, nous avons chaussé les palmes pour découvrir la merveilleuse faille de Silfra dans le parc national du Þingvellir, dans une eau à 2°C ! Pour tout savoir de cette folle expérience, je t’invite à consulter cet article : snorkeling à Silfra.

Snorkeling à Silfra

Pour la suite, on reste dans le thème de la baignade, mais comme on aime les extrêmes, nous avons cette fois-ci choisi une eau beaucoup plus chaude, celle du Blue Lagoon à 39°C.
Le mythique Blue Lagoon se trouve sur la péninsule de Reykjanes, tout comme un autre site géothermique du pays : Seltún. Malheureusement, nous n’avons pu l’admirer que depuis la fenêtre de notre voiture. Arrivés sur le parking, nous avons eu droit au temps le plus chaotique de ce séjour en Islande, et pour cause, un avis de tempête avait été émis sur l’ensemble du territoire…

Si le Blue Lagoon ne laisse personne indifférent et reçoit des avis plutôt partagés, nous n’avons pas regretté notre visite. Oui, c’est cher, oui, il y a du monde, mais c’est quand même à faire au moins une fois selon nous. Personnellement, nous sommes loin d’avoir eu la météo idéale pour en profiter, mais c’était vraiment sympa de finir ce voyage sur une note plus détente.

Lors de notre réservation (à effectuer à l’avance ici), nous avons opté pour l’option premium à 71€ par personne (9990 ISK) comprenant l’accès au Blue Lagoon, une boisson, deux masques pour le visage, une paire de tongs et un peignoir. Selon la saison ou l’heure sélectionnée, le prix de ce forfait peut varier, nous avons choisi d’y aller en début de soirée pour profiter du tarif le plus bas. Si ton budget ne le permet pas, la formule Confort, à partir de 50€, comprend tout de même l’accès au bain ainsi qu’une boisson et un masque. Pour les filles, il est recommandé d’enduire ses cheveux d’après-shampoing, moi je te conseille plutôt de ne pas les mettre du tout dans l’eau car malgré l’après-shampoing, les miens étaient vraiment dans un sale état à la sortie.

Blue Lagoon


Après ce moment de détente, nous avons repris la route une dernière fois en direction de Reykjavik. Nous avons garé le camper devant l’agence de location Kuku Campers et avons fait un petit somme de quelques heures à peine, notre vol retour étant prévu tôt le lendemain matin.

Encore quelques photos en vrac pour conclure cet article

Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes
Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes
Islande | Les Fjords de l'Ouest et la péninsule du Snæfellsnes

Cet article est le dernier de notre série sur l’Islande, n’hésite pas à nous poser tes questions en commentaire ou à découvrir les autres étapes de ce road trip 🙂 .


Retrouve-nous aussi sur Pinterest et n’hésite pas à épingler cet article pour le retrouver plus facilement.